Forum CANI-NURSING

Centre de Soins et de Convalescence pour Chiens Abandonnés


Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Administrateur du site
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Nov 2013
Messages: 13535
Localisation: Dunkerque (59-Nord)
Sexe: Féminin
Age: 57
Posté: 22 Oct 2014, 12:22 

Image

Alors que la physiothérapie est largement employée en médecine humaine, notamment en matière de rééducation fonctionnelle, les animaux de compagnie en profitent encore peu. Les techniques sont pourtant nombreuses (hydrothérapie, kinésithérapie, ultrasonothérapie,...) et permettent une meilleure récupération des capacités locomotrices après un accident ou une chirurgie. Ce nouveau genre de soins, encore peu développé à ce jour, devrait prendre son essor en médecine vétérinaire puisque les bénéfices pour l'animal sont bien réels.

La physiothérapie pour restaurer les capacités locomotrices
La physiothérapie est, par définition, l'ensemble des traitements qui reposent sur l'action d'agents physiques, naturels ou artificiels. Ceci intègre donc les diverses techniques issues de la médecine humaine, comme la kinésithérapie, l'électrothérapie, les ultrasons, les ondes courtes pulsées ou encore l'hydrothérapie, qui sont ensuite adaptées à la médecine vétérinaire.
La rééducation fonctionnelle cherche à soulager la douleur, les effets de l'inflammation et/ou de l'immobilisation après un accident, une chirurgie ou une maladie, afin de restaurer au mieux les capacités locomotrices de l'animal.

Toutes les techniques ne pourront pas être utilisées sur l'animal. A ce niveau-là, le vétérinaire est le mieux placé pour savoir quelles sont les techniques les plus adaptées à une situation donnée. En fonction des progrès de l'animal, le plan de rééducation initial pourra ensuite être revu. Ce qui conditionne la réussite de la rééducation est de la commencer le plus tôt possible. Ceci afin d'éviter les divers effets néfastes de l'immobilisation d'un ou plusieurs membres.

Par exemple, ce sont les conséquences d'une perte de masse musculaire (amyotrophie), d'une diminution de l'amplitude articulaire (ankylose), des escarres éventuels, etc. En effet, il sera toujours plus facile de rééduquer un animal ayant suffisamment de muscles et des articulations bien mobiles. L'autre avantgae est de permettre à l'animal de reprendre au plus vite un appui correct sur le membre touché et d'éviter de provoquer des lésions sur les autres membres par compensation.

Les premiers grand axes d'utilisation de la rééducation fonctionnelle sont les suivis de l'ensemble des complications traumatologiques musculo-tendineuses ou ostéo-articulaires, associées ausoins post-oépratoires des chirurgies.

Ceci comprend donc tout ce qui est fracture suite à un accident, rupture du ligament croisé antérieur du genou ou encore diverses chirurgies comme selles de la stabilisation de la rotule, de la dysplasie de la hanche ou du coude.

La rééducation est aussi intéressante dans tous les traitements de tendinites, entorses, déchirures, hématomes musculaires, contracture, etc.

La seconde grande utilisation de la rééducation fonctionnelle va être le suivi de l'ensemble des animaux paralysés ou déficients au niveau d'un ou plusieurs membres, avec une atteinte neurologique plus ou moins lourde.
Les causes possibles sont des hernies discales (cervicales, thoraciques, lombaires), des fractures vertébrales, des dégénérescences neurologiques ou des atteintes des nerfs périphériques, par pincement par exemple.

Enfin, la rééducation peut s'envisager dans d'autres domaines tels que le traitement de l'arthrose, l'amaigrissement ou le renforcement musculaire. En effet, l'arthrose étant un processus dégénératif du cartilage articulaire, il va y avoir de plus en plus de douleur au niveau articulaire pour l'animal, qui par conséquent va de moins en moins se déplacer et perdre ainsi de la masse musculaire. Le but de la rééducation, dans ce cas, va être aussi de soulager la douleur, essayer de rétablir un amplitude de mouvement correcte et de remuscler le chien.

Les diverses techniques de physiothérapie :

1) L'hydrothérapie est probablement la technique de rééducation la plus connue car elle présente de nombreux avantages. En effet, le travail dans l'eau permet qu'une partie importante du poids de l'animal soit portée par l'eau, ainsi celui-ci fait un exercice beaucoup moins traumatisant au niveau articulaire ou osseux, qu'une marche à l'extérieur.
Cet exercice permet également de développer les capacités cardio-respiratoires et de muscler l'animal, tout en relaxant les tissus (si l'eau est chauffée) ce qui permet de mieux mobiliser les articulations.

Image

2) La kinésithérapie correspond à la thérapie par le mouvement. Elle peut être passive avec la mobilisation et les étirements des membres : elle permet de nourrir le cartilage et d'assouplir une articulation ankylosée. L'application doit se faire plusieurs fois par jour sur plusieurs semaines pour apporter un réel bénéfice.
La kinésithérapie peut aussi être active en cas de marche assistée de l'animal ou de travail sur un tapis roulant. Cela permet de remuscler l'animal pour une reprise progressive de l'appui sur un ou plusieurs membres.

3) La massothérapie est la palpation et la manipulation de la surface de la peau. En fonction du type de massage et de l'utilisation ou pas de pommades, d'huiles ou de baumes pour les faire pénétrer, les effets vont être variables.
Il y a d'abord un effet "psychologique" avec une relaxation de l'animal. Cela permet également de rompre certaines adhérences fibreuses, de lever des contractures ou d'aider à la résorption des oedèmes.

4) L'électrothérapie consiste en l'application, au moyen d'électrodes au contact de la peau, d'un courant électrique d'un type donné qui stimule le trajet d'un nerf ou le point moteur d'un muscle. Cela permet de lutter contre la fonte du muscle ou d'avoir un effet décontracturant ou antalgique. Pour obtenir des résultats remarqués, le traitement doit être appliqué quotidiennement et la zone des électrodes doit être tondue pour assurer un meilleur contact.

5) L'ultrasonothérapie fait appel aux effets mécaniques (micro-massage) et thermiques des ultrasons, qui sont des ondes sonores émises à une fréquence inaudible qui vont agir en profondeur. En réduisant la douleur, cette technique améliore la relaxation musculaire et ligamentaire, accélère la cicatrisation et la destruction de la fibrose tissulaire.

Image

6) La thermothérapie et la cryothérapie reposent sur l'application de chaud ou de froid sur une zone donnée. L'application de froid peut se faire simplement par des poches de froid ou grâce à des appareils de cryothérapie. Cette thérapeutique est intéressante dans les premières 72 heures, lors de la phase aiguë de l'inflammation pour avoir un effet antalgique, anti-inflammatoire et réduire les oedèmes ou les hémorragies.
L'application de chaud peut se réaliser aussi avec des poches de chaud, une lampe infra-rouge ou des appareils d'hyperthermie. Cela permet de relaxer les muscles, ce qui est intéressant dans les contractures musculaires ou pour accélérer la cicatrisation.

Enfin, d'autres nouvelles techniques sont maintenant disponibles telles que :

- le laser visant à traiter les sites d'inflammation, d'adhérence ou de fibrose.
- les appareils à onde de choc (onde acoustique à haute énergie) permettant d'accélérer le processus de guérison en augmentant l'irritation sanguine et en facilitant la régénération des tissus endommagés.

Quelles sont les alternatives à la paralysie ?
Même si l'objectif principal reste celui de rééduquer et donc de redonner aux animaux la possibilité de se déplacer librement et de manière autonome, il arrive parfois que des animaux paralysés ne puissent jamais retrouver l'usage de leur(s) membre(s) parce que la moelle épinière et/ou les nerfs périphériques ont été trop abîmés.
A ce moment-là, l'utilisation de chariots roulants créés sur mesure permet à de nombreux chiens de s'adapter à une nouvelle vie, qui se passe très bien dès lors que le propriétaire de l'animal accepte d'investir un peu sur son animal.
Dans d'autres cas, l'utilisation de prothèses (visant à remplacer un membre) ou d'orthèses (appareillage consistant à maintenir un membre) peut également être une solution intéressante.
--> l'utilisation d'orthèses s'applique essentiellement aux extrémités d'un membre, afin d'éviter les blessures ou les déformations.

Conclusion :
Les indications de la rééducation fonctionnelle sont extrêmement nombreuses, et même si actuellement celles-ci sont surtout employées chez le chien, elles peuvent tout à fait être envisagées sue le chat, à condition de les adapter.
Ainsi, avec une bonne connaissance des techniques et de leur utilisation pratique, la rééducation fonctionnelle a sa place en pratique vétérinaire quotidienne.

_________________
if you can dream it, you can do it


Informations du message Avertir l’utilisateur
Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit